Des femmes sans voile s’expriment !

Tribune 50 50 Magasine

Le 10 juillet 2014 aura lieu la première édition de la journée mondiale sans voile, une initiative québécoise. Annie Sugier, présidente de la ligue du Droit International des Femmes participe à cette manifestation, à l’appel d’un collectif de femmes d’Aubervilliers.

l y a une semaine à peine, avec des représentantes des associations EGALE et Libres MarianneS, la Ligue du Droit International des Femmes a rencontré le collectif « femmes sans voile d’Aubervilliers ».

Disons-le tout net, depuis bien longtemps nous espérions que des femmes d’origine maghrébine, osent dire tout haut ce que d’autres pensent tout bas, et qui n’est pas audible lorsque nous, militantes féministes et laïques l’affirmons : » Femmes sans voile, françaises et fières de leur origine maghrébine, nous sommes exaspérées d’être importunées sans cesse par des extrémistes religieux au sujet de notre tenue vestimentaire.

Elle serait non conforme à leur interprétation du Coran qui rendrait sacré le port du voile qu’ils voudraient nous imposer ».

Leur action relaye une initiative lancée au Québec à l’automne dernier, au moment du débat sur la charte de la laïcité, intitulée « sans voile au Québec » et dont l’objectif est de « donner une voix à celles et ceux qui ne peuvent plus tolérer l’ascension fulgurante du voile islamique, qui était, et est toujours, porté aux nues par les intellectuels, qui y voient l’expression de la liberté de la femme, alors qu’il semble si évident qu’il s’agit plutôt d’un instrument de ségrégation sexuelle déguisé en simple accessoire de mode ».

En France, le collectif des « femmes sans voile d’Aubervilliers » a reçu le soutien de nombre d’associations féministes et laïques (1). Des personnalités ont spontanément fait savoir qu’elle appuyaient cette initiative, parmi elles : la philosophe Elisabeth Badinter, la présidente honoraire du Sénat belge et ancienne ministre Anne-Marie Lizin, la sociologue d’origine iranienne Chahla Chafiq, la cinéaste franco-tunisienne, Nadia El Fani, la militante franco-afghane, Shoukria Haidar, l’ancienne ministre du droit des femmes, Yvette Roudy.

Le collectif « femmes d’Aubervilliers » a demandé un rendez-vous à la Ministre des droits des femmes, ainsi qu’aux délégations aux droits des femmes des trois grandes assemblées : Sénat, Assemblée Nationale, Conseil Économique, Social et Environnemental et au Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes.

L’action du 10 juillet n’est qu’une première étape d’un mouvement qui est destiné à durer et à se développer, tant au niveau national qu’international.

Si vous venez le 10 juillet, n’oubliez pas de mettre une marguerite dans vos cheveux !

Featured Posts
Recent Posts
Archives
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

! Abonnez-vous

© 2023 by Fundraising. Proudly created with Wix.com 

 

Merci à toute l'équipe Margueritres Sans Frontières